Histoire du Yoga : de la genèse à nos jours

Chacun sait que le yoga, maintenant très connu et pratiqué dans les sociétés occidentales, est originaire d’Inde.

Mais comment est-il arrivé jusqu’à nous en fait ? Depuis quand est-il pratiqué en Occident ? Et la pratique physique, à laquelle souvent on le résume, était-elle présente dès le départ ?

L’histoire du yoga comporte de nombreuses zones d’ombre, en raison de la transmission orale de textes sacrés et du caractère secret de ses enseignements. De plus, les premiers écrits sur le yoga ont été transcrits sur des feuilles de palmier fragiles facilement endommagées, détruites ou perdues.

Le développement du yoga remonte à plus de 5 000 ans, mais certains chercheurs pensent même que le yoga peut avoir jusqu’à 10 000 ans.

On peut diviser l’histoire du yoga en quatre grandes périodes.

Yoga pré-classique dans le nord de l’Inde, mentionné dès les Rig Veda :

Ganesh histoire yoga

Le yoga semble avoir débuté dans le nord de l’Inde, il y a plus de 5 000 ans, avec la civilisation Indus-Sarasvati. 

Le mot yoga, qui signifie « se joindre », a été mentionné pour la première fois dans les textes sacrés les plus anciens, le Rig Veda. Les Védas étaient une collection de textes contenant des chants, des mantras et des rituels destinés aux brahmanes, les prêtres védiques.

Le yoga a été lentement raffiné et développé par les brahmanes et les rishis (voyants mystiques) qui ont documenté leurs pratiques et leurs croyances dans les Upanishads, une énorme oeuvre contenant plus de 200 textes.

Le plus renommé des textes yogiques est sans doute la Bhagavad-Gîtâ, composée en 500 av. JC environ.

Les Upanishads ont repris l’idée du sacrifice rituel des Védas et l’ont intériorisée, enseignant le sacrifice de l’ego par :

  • la connaissance de soi
  • l’action (karma yoga)
  • la sagesse (jnana yoga).

Yoga classique, défini par Patanjali :

Au stade pré-classique, le yoga était un mélange d’idées, de croyances et de techniques diverses, qui parfois entraient en conflit et se contredisaient.

La période classique est définie par les Yoga-Sûtras de Patanjali, qui constituent la première présentation systématique du yoga, qui en donne le cadre.

Ce texte, écrit aux alentours de 200 avant JC, décrit le chemin du Raja Yoga, souvent appelé « yoga classique ».

Patanjali a organisé la pratique du yoga selon un « sentier à huit branches » contenant les étapes et les étapes menant jusqu’au Samadhi, l’illumination, la réalisation.

Patanjali est souvent considéré comme le père du yoga et ses Yoga-Sûtras influencent encore fortement la plupart des styles de yoga moderne.

Yoga post-classique : tantra yoga, hatha yoga :

Danse de Shiva, histoire yoga

Quelques siècles après Patanjali, les maîtres du yoga ont créé un système de pratiques visant à rajeunir le corps et à prolonger la vie.

Ils se sont distanciés des enseignements des anciens Vedas et ont considéré le corps physique comme un moyen d’atteindre l’illumination.

Ils ont développé le Tantra Yoga,

en mettant au point des techniques radicales pour nettoyer le corps et l’esprit, afin de casser les nœuds qui nous lient à notre existence physique.

L’exploration de ces connexions physiquo-spirituelles et de ces pratiques centrées sur le corps a conduit à la création de ce que nous croyons aujourd’hui en Occident être le seul yoga : le Hatha Yoga.

Nous voyons pourtant que ce yoga n’est ni le seul, ni le premier.

Le hatha yoga

est une pratique tantrique qui tente d’amener une harmonie entre les deux énergies de la vie,  l’énergie pranique et  l’énergie mentale.
Ces deux éléments peuvent également être décrits comme la shakti, courant frais féminin qui circule à travers le nadi ida, et le mental, courant chaud masculin qui se déplace à travers le nadi pingala. Quand leur union a lieu dans le canal central (sushumna nadi), c’est l’union du corps et de l’esprit, et c’est l’éveil de la conscience supérieure.

Le hatha yoga s’enracine donc bien dans la partie initiatique de la tradition hindoue. Ce n’est pas seulement une discipline du corps, c’est une voie d’évolution spirituelle complète : en effet, on considère la maîtrise corporelle comme point de départ et point d’appui de l’évolution spirituelle ; donc cette pratique sportive est absolument fondamentale, mais n’est pas le but ultime.

Ce n’est ni mieux, ni moins bien que d’autres techniques, comme le pranayama ou la méditation, c’est simplement une autre approche, de la même manière qu’il existe plusieurs routes pour parvenir au sommet d’une montagne ; aucune n’est mieux que l’autre, toutes sont différentes mais mènent au même but.

Période moderne, diffusion en Occident :

Les pionniers :

Dès le XVIème siècle, les échanges entre l’Orient et l’Occident ont permis aux textes sur le yoga de circuler, mais c’est au XIXème siècle que l’Inde commence à prendre une place plus importante dans des milieux intellectuels français : c’est à ce moment que les textes ont été traduits. Le poème de Victor Hugo « Suprématie », dans la Légende des Siècles, est d’ailleurs inspiré du yoga.

À la fin du XIXème et au début du XXème siècle, les maîtres du yoga ont commencé à voyager en Occident, afin de faire connaître la discipline.

Swami Vivekananda, histoire du yoga
Swami Vivekananda

Un des premiers événements a été le Parlement des religions en 1893 à Chicago :

Swami Vivekananda (1863 – 1902)

a tenu son auditoire sous le charme avec ses conférences sur le yoga et l’universalité des religions.

D’autres personnalités ont également contribué à cette popularisation du yoga : dans les années 1920 et 1930, Krishnamacharya, Swami Sivananda et d’autres yogis, comme Ramakrishna, Sri Yogendra, Yogananda … ont beaucoup développé le Hatha Yoga en Inde.

Krishnamacharya histoire yoga
Krishnamacharya

Krishnamacharya (1888 – 1889)

est issu de parents brahmanes, une famille de philosophes et de maîtres spirituels.

Après des études de philosophie puis de yoga, c’est lorsqu’il était enseignant du Maharadja qu’il a commencé à enseigner le yoga à la Cour royale et aux habitants de Mysore. 

Il a également poursuivi ses recherches afin d’élaborer une méthode qui puisse soulager certaines maladies et souffrances, par des techniques alliant yoga et ayurveda.

Parce que plusieurs de ses étudiants étaient de jeunes garçons dynamiques, il a développé un modèle sportif de yoga, connu aujourd’hui sous le nom d’Ashtanga vinyasa yoga.

Swami Sivananda, histoire du yoga
Swami Sivananda

Swami Sivananda (1887 – 1963)

a tout d’abord fait une carrière de médecin, puis de yogi et maître. Il a toujours voulu se mettre au service des autres.

En 1936, il a fondé la Divine Life Society sur les rives du fleuve sacré, le Gange. Il y enseignait une forme de Yoga qui intégrait tous les systèmes de Yoga connus. Le Yoga de la synthèse est la base de la pratique moderne en Occident. Il y forma de nombreux disciples remarquables, dont Swami Vishnudevananda

Il a également écrit plus de 200 livres sur tous les aspects du yoga, et a entretenu une correspondance  avec des centaines de disciples du yoga. Son but était de répandre le yoga le plus possible à travers le monde.

Yogananda, histoire du yoga
Yogananda

Un autre maître que nous nous devons de citer est

Yogananda (1893 – 1952) :

Il est né dans une famille de caste supérieure, et a fréquenté, dès son enfance, de nombreux saints. Il a fait de études de philosophie, puis de yoga.

ll se rend aux États-Unis en 1920, comme représentant de l’Inde à un congrès des religions libérales, à Boston. 

Il fonde en 1920 la Self-Realization Fellowship (Communauté de la réalisation du soi) et donne des conférences dans de nombreuses villes américaines. Le principal objectif de son organisation est de diffuser les anciennes pratiques et la philosophie du Kriya Yoga.

En 1924, après une tournée aux États-Unis, il établit le siège de son organisation à Los Angeles, dans une propriété appelée « Mount Washington ». Ses principaux enseignements sont fondés sur la méditation et la pratique de certaines techniques de Kriya Yoga.

En 1946, Yogananda publie l’histoire de sa vie, Autobiography of a Yogi, qui a été traduit en 45 langues. Il y fait le récit de ses expériences, de ses rencontres avec des personnalités exceptionnelles, ainsi que l’exposé des principes du Kriya Yoga.

Son autobiographie a été une source d’inspiration pour de nombreuses personnes, parmi lesquelles George Harrison, Steve Jobs …

Ces maîtres ont contribué à créer un pont entre l’Orient et l’Occident,

en faisant le pari que la philosophie indienne pouvait coexister avec la science et la médecine occidentales.

Ils ont fait en sorte que la culture yogi indienne puisse s’assimiler à la culture occidentale, notamment en revoyant la place des femmes, et aussi en mettant davantage l’accent sur les postures, plutôt que sur le pranayama ou la spiritualité.

Ils ont constitué la première génération, et ce sont leurs élèves qui ont parachevé le processus, en permettant une diffusion encore plus grande de la pratique du yoga.

Leurs élèves :

On peut par exemple citer

Indra Devi,

qui avait été une élève de Krishnamacharya en Inde. Lorsqu’elle ouvre son studio de yoga à Hollywood en 1947, de nombreuses stars commencent à pratiquer. Ainsi, c’est avec elle que Marilyn Monroe a découvert et pratiqué le yoga.

Parmi les étudiants de Swami Sivananda,

Swami Satchitananda

est celui qui a présenté le yoga à Woodstock.

Swami Vishnudevananda, histoire du yoga
Swami Vishnu Devananda

Swami Vishnu Devananda,

un autre de ses élèves, a, lui, créé des ashrams dans le monde entier. Krishnamacharya a également formé ces trois élèves qui ont continué son héritage et augmenté la popularité du Hatha Yoga : B.K.S. Iyengar, T.K.V. Desikachar et Pattabhi Jois.

En 1957, Swami Vishnudevananda (1927 – 1993) a débarqué sur la côte californienne avec 10 roupies en poche. Il avait été envoyé en Occident par son maître Swami Sivananda pour diffuser le yoga, tout d’abord aux États Unis, puis en Europe. Quelques décennies plus tard, 70 centres de yoga Sivananda et ashrams existent dans le monde entier.

Il a notamment été le professeur de yoga des Beatles.

En 1971, il a volé vers Belfast en Irlande du Nord avec l’acteur Peter Sellers, en jetant des fleurs et des messages de paix ; c’était le premier d’une série de vols pour la paix au-dessus des régions en conflit. Il volera aussi au-dessus du canal de Suez pendant la guerre du Sinaï, ou par-dessus le mur de Berlin jusqu’en Allemagne de l’Est.

Krishnamacharya

a formé ces trois élèves qui ont continué son héritage et augmenté la popularité du Hatha Yoga : T.K.V. Desikachar, Pattabhi Jois et B.K.S. Iyengar.

Desikachar, histoire du yoga

T.K.V. Desikachar (1938 – 2016)

est un des fils de Krishnamacharya, et a poursuivi et diffusé son enseignement, notamment en Occident ; il est aussi à l’origine du Vini yoga, même s’il a ensuite pris une certaine distance avec cette école.

Pattabhi Jois, Histoire du yoga
Pattabhi Jois

À l’âge de 12 ans,

Pattabhi Jois (1915 – 2009)

a assisté à une conférence de Krishnamacharya et, dès le lendemain, est devenu son élève. C’est avec Krishnamacharya qu’il a appris l’ashtanga.

Jois accompagnait souvent Krishnamacharya lors de démonstrations.

Ils ont longtemps travaillé ensemble, jusqu’en 1941, date à laquelle Krishnamacharya a quitté Mysore. 

En 1948, il a créé l’Institut de recherche sur l’Ashtanga Yoga à son nouveau domicile dans Lakshmipuram.

En 1964, un Belge nommé André Van Lysebeth (1919-2004) a passé deux mois avec Jois, apprenant le niveau primaire et intermédiaire des asanas de l’Ashtanga Yoga. Peu de temps après, van Lysebeth a écrit un livre intitulé J’apprends le yoga qui parlait de Jois et mentionnait son adresse. Les Occidentaux ont alors commencé à Mysore dans le but d’étudier le yoga.

Parmi ses étudiants il y eut notamment Madonna, Sting et Gwyneth Paltrow. Tous ses étudiants, y compris les célébrités et son petit-fils (actuellement à la tête de lInstitut d’Ashtanga), recevaient la même formation.

BKS Iyengar, histoire du yoga
BKS Iyengar

B.K.S. Iyengar

est né en 1918 à Bellur, en Inde. C’était un enfant malade, chétif, qui luttait pour vaincre l’influenza, le paludisme, la tuberculose et la fièvre typhoïde. Son immunité était au plus bas, et les médecins étaient très pessimistes concernant son espérance de vie. Cela paraît incroyable, lorsqu’on connaît la santé florissante et la vigueur qu’il a ensuite développées, jusqu’à un âge très avancé.

Iyengar avait étudié le yoga avec son beau-frère, Sri Tirumalai Krishnamacharya, à qui on attribue la modernisation du Hatha yoga (le yoga postural). En 1937, Iyengar enseignait lui-même le yoga, dans l’espoir de diffuser l’étude qui, selon lui, lui avait sauvé la vie.

En 1954, il rencontre le célèbre violoniste Yehudi Menuhin, et cette rencontre est décisive : alors qu’Iyengar fait la démonstration des postures de yoga aujourd’hui connues comme le « yoga Iyengar », Menuhin est tellement impressionné qu’il lui propose de voyager avec lui, lui offrant ainsi la possibilité de largement diffuser le yoga dans le monde occidental.

D’ailleurs, en 2004, le magazine Time a désigné Iyengar comme l’une des «100 personnalités les plus influentes» pour son rôle dans la promotion du yoga en Occident. 

Iyengar a continué de superviser les cours dans son institut à Pune, en Inde, jusqu’à sa mort en 2014, à 96 ans.

Le yoga Iyengar est connu dans le monde entier aujourd’hui.

Depuis lors, de nombreux autres professeurs occidentaux et indiens se sont formés, popularisant le hatha yoga et gagnant des millions d’adeptes.

Et c’est ainsi que le yoga est aujourd’hui connu tout autant en Orient et en Occident, sous de multiples formes d’ailleurs.

Nous voyons donc que l’histoire du yoga, très ancienne, est plus complexe que l’on pourrait se l’imaginer.

Nous sommes de plus en plus nombreux à choisir le yoga, pour améliorer notre santé, pour rester en forme, pour retrouver ou maintenir un équilibre émotionnel, par recherche  morale, spirituelle … 

Ces différentes approches ne sont pas antinomiques, elles révèlent la richesse et la complexité du yoga.