Vrksasana, la posture de l’arbre, une posture faussement facile, pour remuscler vos jambes, vous assouplir, et vous rééquilibrer en profondeur.

À première vue, on peut s’imaginer que cette posture est on ne peut plus facile, alors qu’en fait, la combinaison de résistance, de souplesse et d’équilibre (tant physique qu’émotionnel) requis peut demander beaucoup de pratique.

Dans sa forme complète, Vrksasana consiste à se tenir sur une jambe avec l’autre jambe pliée afin que le pied repose à l’intérieur de la cuisse. Les mains sont étendues au-dessus de la tête, paumes en prière.

N’ayez crainte, il existe de nombreuses variantes permettant de l’adapter à la pratique de chacun.

Et inversement, vous pouvez en faire une posture très avancée, même une posture méditative, où vous pratiquerez le drishti (lorsque vous concentrez votre regard) pour vous aider à garder l’équilibre !

Que signifie Vrksasana ?

Le nom vient du sanscrit « vrksa », qui signifie « arbre », et « asana », posture.

Signification symbolique

Dans de nombreuses traditions indiennes, les arbres sont des symboles d’amour et de dévotion. Ils apparaissent comme des symboles sacrés de l’univers, un pont entre le créateur et l’homme.

Dans les Upanishads 

 L’Univers est un arbre renversé, un figuier sacré, ses racines ancrées au ciel et ses branches recouvrant la Terre toute entière.

« Voici cet arbre de l’éternité, l’ashvattha, dont les racines sont au ciel, et les branchages en terre. Cela, qui est à la source d’un tel arbre, est assurément pur ; et Cela est Brahman, et on Le dit immortel. Sur Cela, sont attachés tous les mondes, et il n’est rien au-delà. C’est en vérité Cela (Tat) que tu cherches. » (Livre 2, liane III).

Le Rig-Veda précise

« C’est vers le bas que se dirigent les branches, c’est en haut que se trouve sa racine, que ses rayons descendent sur nous ! »

Au-delà de la culture indienne

De nombreuses cultures recherchent la connexion énergétique avec les arbres.

L’arbre est un symbole universel qui représente l’axe du monde, un lien entre le matériel et le spirituel ; ce lien qui, seul, peut nous donner l’équilibre.

En effet, l’arbre est solidement ancré à la Terre par ses racines, il y puise son énergie, sa force, sa solidité, tandis que sa cime est en lien avec l’Énergie cosmique, avec le spirituel.

Il peut ainsi représenter l’Homme, qui puise sa force dans le lien entre la Terre et le Ciel, comme le représente l’Homme de Vitruve également.

De par leur nature, les arbres représentent la stabilité, l’acceptation du rythme circadien du monde, du rythme des saisons.

De la même manière, l’homme doit être dans le lâcher prise et l’acceptation des changements qui surviennent, constamment et naturellement, dans sa vie.

Lorsque le yogi pratique la posture de l’arbre, son alchimie interne en épouse pendant quelques instants son essence : lui aussi croît dans l’immobilité.

Bienfaits de Vrksasana, la posture de l’arbre

Vrksasana-posture de l'arbre

Bienfaits physiologiques de Vrksasana, la posture de l’arbre

  • Renforce les chevilles et la musculature des jambes.
  • Étire l’aine, l’intérieur des cuisses.
  • Ouvre la poitrine.
  • Prévient les sciatiques.
  • Améliore le sens de la proprioception, de l’équilibre.
  • Excellent pour stimuler les organes digestifs.
  • Semble bénéfique contre l’ostéoporose.

 

Bienfaits énergétiques de Vrksasana, la posture de l’arbre

  • Calme le mental.
  • Stimule les facultés de concentration.
  • Aide à trouver un équilibre intérieur, favorise la patience.
  • Aide à être davantage ancré.
  • Amélioration progressive de la circulation de l’énergie dans le corps.

 

Contre-indications pour Vrksasana, l’arbre

  • Graves blessures aux pieds, chevilles, genoux.
  • Problèmes d’équilibre ou d’hypotension artérielle : dans ce cas, on fait la posture contre un mur ou avec une chaise.
  • En cas d’hypertension, vous gardez les mains en prière à la hauteur de Anahata Chakra, le chakra du cœur.

 

Technique posturale pour Vrksasana, la posture de l’arbre

Vrksasana-posture de l'arbre

Prise de posture

Il est nécessaire en premier lieu de s’ancrer.

  • Entrez en Tadasana, la posture de la montagne.
  • Vous déplacez votre poids sur votre pied gauche, en gardant la plante du pied fermement ancrée au sol. Centrez-vous en regardant un point fixe devant vous.
  • Enracinez bien le pied ; imaginez qu’il y a des racines qui vont jusqu’au centre de la terre sous votre pied.
  • Vous pliez le genou droit et ouvrez la jambe sur le côté.
  • Levez le pied droit vers le haut en gardant la hanche ouverte, et placez la plante du pied contre l’intérieur de la cuisse gauche, le plus possible près du périnée.
  • Si besoin, vous pouvez saisir votre cheville de la main droite, pour ajuster le pied.
  • Appuyez le talon droit à l’intérieur de l’aine gauche, tout en pointant les orteils vers le sol.
    Le centre du bassin se trouve à l’aplomb du pied gauche.
  • Pressez fermement la plante du pied droit contre l’intérieur de la cuisse gauche, tout en opposant une résistance avec la partie extérieure de la jambe gauche.
  • Placez vos mains sur vos hanches, tout en gardant la ligne des hanches parallèle au sol.
  • Descendez le sacrum vers le coccyx, coccyx vers le sol.
  • Le genou est bien ouvert vers l’extérieur.
  • Joignez les mains en prière au niveau de Anahata Chakra, épaules loin des oreilles,  nuque dégagée, épaules, omoplates et coudes dirigés vers le bas.
  • Étirez les les bras au-dessus de votre tête.

 

Tenue de posture

  • Vous restez tranquillement, en respirant de manière lente et régulière, des respirations yogiques complètes.
    Vous acquerrez de l’équilibre à mesure que vous vous entraînerez.
  • Continuez de pousser le sol avec le pied gauche.
  • Veillez à ne pas sur-cambrer le dos.
  • Imaginez qu’un fil relie le sommet de votre crâne au cosmos.
  • Fixez un point au sol, à 1,5 m de vous, ou fixez un point sur votre horizon.

Timing : Parfois, au début, c’est 10-20-30 secondes, parfois une minute.

 

Sortie de posture

  • Abaissez doucement les mains, puis la jambe droite, que vous posez au sol, pied bien à plat.
  • Vous procédez de la même manière pour l’autre jambe.

 

Utilisation de supports pour Vrksasana, la posture de l’arbre

On a parfois des soucis d’équilibre, certains jours seulement, ou lorsqu’on avance en âge. Vous pouvez donc vous aider d’un mur ou d’une chaise.

  • Vous vous exercez en gardant par sécurité une main sur une chaise ou sur un mur / ou le dos contre un mur.
  • Vous pouvez lâcher la chaise, mais prêt à reprendre contact si besoin.
    Vous lèverez les bras plus tard.

 

Pour aller plus loin

Beaucoup de postures de yoga peuvent être des supports favorables à une méditation, soit dans la posture elle-même, soit dans une posture assise qui suit la posture.

C’est le cas pour Vrksasana. Dans la posture même, vous pouvez travailler votre drishti, en maintenant un regard stable et concentré.

Vous placez votre conscience sous la voûte plantaire du pied au sol. Cela stabilisera votre posture.

La conscience sous le pied est un puissant exercice d’enracinement. L’énergie se trouve là où vous mettez votre attention.

  • Vous pouvez pratiquer une respiration lente et régulière en Ujjayi.
  • Vous faites une inspire lente et complète, tout en repoussant en même temps le sol avec le pied et en vous grandissant.
  • Vous pouvez faire une rétention poumons pleins, tout en actionnant Mula Bandha.
  • Pendant l’expire, rentrez progressivement l’abdomen, nombril vers la colonne vertébrale, tout en conservant le Mula Bandha.

Fermer les yeux sera un challenge supplémentaire, mais vous permettra de prendre pleinement conscience de votre proprioception, de la communication permanente et merveilleuse entre votre cerveau et vos muscles posturaux.

Demi lotus

Vous pouvez amener votre jambe gauche en position de demi-lotus, en appuyant le haut de votre pied gauche dans le pli de l’aine droite.

Pour aller encore plus loin, passez votre main gauche derrière le dos et saisissez votre gros orteil gauche.

Vrksasana-posture de l'arbre simplifié

Posture de l’arbre simplifié, Vrksasana simplifié

Dans la posture de l’arbre complet, on doit trouver l’équilibre sur une jambe.

Ici, nous restons en Tadasana.

  • Vous êtes debout, orteils et talons joints ; vous montez les rotules.
    Cela sert à alléger les genoux. On crée de l’espace dans l’articulation, ce qui la soulage d’autant. C’est important car c’est une articulation très sollicitée.
  • Vous vous tenez bien droit dans Tadasana, la montagne.
  • Ouvrez bien la poitrine, respirez bien.
  • Croisez les doigts des mains, paumes des mains vers le bas.
  • Les fessiers vont vers les talons, le sacrum vers le coccyx.
  • Inspirez … expirez levez les 2 bras.
    Vous croisez les doigts des mains et étirez les bras vers le ciel, mais sans vous cambrer en arrière, vous restez bien vertical.
  • Étirez bien, en gardant bien votre verticalité, comme un bel arbre.
  • Étirez, allongez les paumes des mains vers le ciel.
  • Expirez, relâchez les doigts des mains.
  • Changez maintenant le croisement des doigts : le petit doigt qui était en-dessous vient au-dessus.
  • Expirez, paumes des mains vers le bas.
  • Inspirez, montez.
  • Étirez, montez ; toujours les rotures montées, et le sacrum bien vers le bas.
  • Expirez, descendez. Relâchez les bras et retirez bien.

C’est déjà un exercice d’équilibre.

Pour conclure sur Vrksasana, la posture de l’arbre

La pratique de Vrksasana nous permet de travailler notre équilibre, à la fois physique et intérieur. Ce n’est qu’une fois l’équilibre de la base trouvé que l’on peut laisser nos branches s’élever vers le ciel.

Cette posture peut amener à un état méditatif, en équilibre sur une jambe. Dans les textes anciens on encourage les Sadhus à pratiquer la méditation dans cette posture, comme une partie de leur discipline ascétique.

Alors à vous ! Pour travailler votre équilibre physique comme psychique !

Si cet article vous a plu

Pensez à le partager dans vos réseaux sociaux ou à le commenter ci-dessous ?